Lauréat de la médaille d’argent et du prix Krystian Zimerman pour la meilleure interprétation d’une sonate lors du Concours International de Piano Frédéric-Chopin à Varsovie en 2015, Charles Richard-Hamelin se démarque aujourd’hui comme l’un des pianistes les plus importants de sa génération. Il s’était aussi fait remarquer à l’échelle internationale en recevant le deuxième prix au Concours Musical International de Montréal ainsi que le troisième prix et le prix spécial pour la meilleure prestation d'une sonate de Beethoven au Seoul International Music Competition en Corée du Sud. Prix d’Europe 2011, Charles Richard-Hamelin a été récemment le récipiendaire de l’Ordre des Arts et des Lettres du Québec et du prestigieux Career Development Award offert par le Women’s Musical Club of Toronto.

     Il a été l’invité de plusieurs grands festivals tels La Roque d’Anthéron en France, le Festival du Printemps de Prague, le Festival « Chopin et son Europe » à Varsovie et le Festival de Lanaudière. En tant que soliste, il a pu se faire entendre notamment avec l’Orchestre Symphonique de Montréal, l’Orchestre Symphonique de Toronto, l’Orchestre Symphonique de Singapour, l’Orchestre Symphonique de Hiroshima, l’Orchestre Philharmonique de Varsovie, l’Orchestre Symphonique de Québec, l’OFUNAM (Mexico), l’Orchestre Métropolitain, Orchestre du Centre national des Arts à Ottawa, l’Orchestre Symphonique d’Edmonton, l’Orchestre Philharmonique de Calgary, les Violons du Roy, I Musici de Montréal, Sinfonia Varsovia et l’Orchestre Philharmonique de Poznań. Il a collaboré avec des chefs de grande renommée comme Kent Nagano, Vasily Petrenko, Jacek Kaspszyk, Aziz Shokhakimov, Peter Oundjian, Jacques Lacombe, Fabien Gabel, Carlo Rizzi, Alexander Prior, Christoph Campestrini, Lan Shui et Jean-Marie Zeitouni. 

     Originaire de la région de Lanaudière au Québec, Charles Richard-Hamelin a étudié avec Paul Surdulescu, Sara Laimon, Boris Berman et André Laplante. Diplômé de l’Université McGill, de la Yale School of Music et du Conservatoire de Musique de Montréal, il se perfectionne présentement auprès du pianiste Jean Saulnier. 

     Son premier disque solo, consacré aux dernières œuvres de Chopin, est paru en septembre 2015 sous l’étiquette Analekta et a reçu l’éloge de critiques à travers le monde (Diapason, BBC Music Magazine, Le Devoir) ainsi qu’un prix Félix (ADISQ). Son second album, enregistré en concert au Palais Montcalm de Québec et comportant des œuvres de Beethoven, Enescu et Chopin, a été reçu très chaleureusement depuis son lancement à l’automne 2016, notamment par le prestigieux magazine Gramophone.

     La saison 2017-2018 de Charles Richard-Hamelin est marquée par trois tournées au Japon, l’enregistrement du premier volume de l’intégrale des sonates pour piano et violon de Beethoven avec le violon solo de l’OSM Andrew Wan ainsi que plus de 60 concerts au Canada, en Asie, en Europe, et aux États-Unis.

 

revue de presse

 

"Les qualités fondamentales que nous avons toujours relevées chez ce pianiste demeurent : une vraie sonorité, qui provient de tout le corps, une large palette de toucher et un vrai sens poétique. Avec la liberté et le rodage, ce qui se décante désormais, c’est la pertinence d’un discours, d’un vrai propos. […] Partout, la tenue est impeccable. Par tenue, j’entends la conception architecturale et le parcours émotionnel d’une oeuvre, les rapports de tempos et d’atmosphères, les étagements dynamiques. À cela s’ajoute, là où il faut, une sensibilité aiguë à l’art des transitions. C’est ce qui lui avait fait marquer des points à Varsovie et c’est ce qui, justement, « nourrit » le spectateur et lui donne l’impression de vivre une expérience, tout particulièrement dans la Troisième Sonate."

Christophe Huss, Le Devoir (27 novembre 2015)

 

"J’étais en attente d’une telle performance depuis le début du Concours. Il est à tout point de vue un artiste, un musicien extraordinairement mature qui se concentre sur la beauté des oeuvres de Chopin, qu’il joue avec une grande clarté de vision. Il est un des seuls concurrents qui réussi à trouver une sage balance entre l’esprit de Chopin et sa propre individualité, comme on a pu entendre dans son interprétation de la Ballade en la bémol majeur."

Róża Światczyńska, Polish Radio 2 (7 octobre 2015)

 

"Richard-Hamelin semble conscient de Chopin de façon entière - non seulement en nous fondant ligne après ligne de ses fameuses mélodies, mais en exposant les voix intérieures et les surprises harmoniques dans les deux mains, illuminant la complexité structurelle de l’oeuvre, tout particulièrement dans la Troisième Sonate qui viendra terminer le programme. Richard-Hamelin a transporté son public avec la douce langueur de son jeu à un moment et avec ses prouesses techniques toujours musicales à un autre. Il est un artiste clairement sur un chemin unique et original."

Robert Harris, The Globe and Mail (17 janvier, 2016)

 

"Le lauréat du deuxième prix Charles Richard-Hamelin a également reçu de forts applaudissements bien mérités pour son interprétation de la Sonate no. 3 en si mineur, op. 58 de Chopin. Elle fut si bien exécutée qu’il est impossible de ne pas être stupéfait qu’il a terminé en deuxième position."

Julie Jackson, The Korea Herald (3 février, 2016)

 

"Le jeu sophistiqué de Charles Richard-Hamelin fut démontré dans la profondeur émotionnelle son interprétation de la Ballade en la bémol majeur."

John Allison, The Telegraph (22 octobre, 2015)

 

"Charles Richard-Hamelin a terminé les demi-finales avec un superbe concert où il avait l'air de suivre ses mains comme un enfant après un papillon. Après une superbe interprétation de "Pour le Piano" de Debussy et un Scriabin très imaginatif, il a interpreté la 3e sonate de Chopin avec opulence et une facilité incroyable. Il transmet son amour pour l'instrument."

Lev Bratishenko, Montreal Gazette (1er juin 2014)

 

"Le Joliéttain de 26 ans y révèle toutes les qualités d'un pianiste d'envergure et, à travers des rubatos souvent assez personnels, un réel rapprochement des légendaires interprètes de cette musique."

Claude Gingras, La Presse (8 juillet 2010)

 

"Charles Richard-Hamelin a connecté intimement avec le 2e concerto de Rachmaninov et a pu transformer la pièce en fantaisie symphonique époustouflante."

Laurence Vittes, The Huffington Post (6 juin 2014)

 

"Le jeu délicat, bien articulé et toujours stylistiquement approprié de Richard-Hamelin a grandement contribué au succès de la prestation du trio de Mozart."

Jens Christian Hansen, Viborg Stifts Folkeblad (Danemark) (21 août 2014)

 

"Lors du premier soir des étapes de la finale, il a choisi d’interpréter le Concerto pour piano no 2 en do mineur, op. 18 de Rachmaninoff. Avec précision et utilisant une palette nuancée, il a entraîné le public dans un périple débordant de musicalité, maintenant une tension constante tout au long du voyage. Dans l’adagio, le jeu de Charles Richard-Hamelin s’est fait plus tendre, créant une mélodie cristalline."

Christine ML Lee, La Scena Musicale (Octobre 2014 Vol. 20-2)